Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 07:00

Nous étions une douzaine, c'était l'année de nos vingt ans, (vingt et un pour les plus âgés), nous faisions partie d'une même association étudiante. Nous nous sommes dispersés, plus ou moins perdus de vue, et dix ans ont passé.

Il y a quelques semaines j'ai reçu un mail me conviant aux retrouvailles des anciens de l'association à l'occasion de son dixième anniversaire.

Je n'ai pas été en mesure de m'y rendre, mais j'ai reçu récemment dans un mail les photos de la rencontre, et j'ai lancé le diaporama, curieuse de revoir les visages de ces personnalités dont j'avais été très proche l'espace de quelques mois.

Parmi les participants à la réunion, il y avait Paul. Je ne l'ai même pas reconnu. J'en gardais le souvenir d'un post-adolescent maigrichon et réservé, les cheveux longs noués en queue de cheval, vêtu d'un T-shirt informe. Sur les photos, j'ai découvert avec plaisir un trentenaire souriant, à la stature normale, aux cheveux courts et à l'air épanoui.

Et puis il y avait Fabrice et Véronique, son épouse – que je connais depuis dix ans aussi puisqu'elle faisait partie du même groupe d'amis –, accompagnés de leurs deux petites filles. Véronique posait, souriante, le regard décidé derrière ses petites lunettes carrées, visiblement très satisfaite de sa situation personnelle. Un peu en retrait, Fabrice au contraire m'a eu l'air d'avoir pris, non pas dix, mais vingt ans : le visage émacié, l'air renfermé, presque triste, sans aucun trait du caractère un peu enjoué que je lui connaissais, le tout renforcé par le grisonnement prononcé de ses cheveux, comme si l'épanouissement de l'une s'était manifesté au détriment de l'autre...

Il y avait aussi Mathieu, le crâne un peu dégarni, mais plein d'assurance, arborant un sourire satisfait et des lunettes de soleil – malgré le temps gris – , les mains dans les poches, présent physiquement, mais paraissant ailleurs, comme absorbé dans une contemplation infinie... de lui-même ?

J'ai bien reconnu Thomas, qui a peu changé, mais il faut dire que Thomas a toujours fait un peu vieux, d'ailleurs à l'époque ne l'appelions-nous pas déjà « Papi » ?

Il y avait aussi Nicolas et Séverine, l'éternel jeune couple rentrant à peine de deux années passées dans l'humanitaire à l'étranger, mais, dans leur cas, j'ai été surprise de prime abord non par leur évolution mais plutôt par le fait qu'ils n'avaient pas changé du tout. A y regarder de plus près, Séverine, elle, accuse la décennie passée, son visage s'est un peu élargi, un peu alourdi. Mais Nicolas, lui, semble sorti directement de mes vieilles photos d'étudiante, avec son polo gris et un pull qu'il aurait tout à fait pu porter alors, sa façon de ne pas se tenir très droit et son sourire un peu indéterminé... Il pourrait se confondre avec les étudiants de dix ans nos cadets sans que personne ne se rende compte qu'il les a largement dépassés en âge.

Et puis il y avait Antoine, bien reconnaissable malgré son bouc et ses dix kilos de plus ; Céline, qui m'a parue fatiguée, accompagné de Victor, dont le visage s'est arrondi, avec leurs deux enfants qui s'amusaient en compagnie de ceux de Fabrice et Véronique, représentant à eux quatre la jeune génération dont nous faisions encore partie il y a dix ans.

Fin du diaporama.

Je n'avais pas bien réalisé. A trente ans, on se sent toujours aussi jeune et en possession de ses moyens. Les changements physiques, plus ou moins marqués, sont rendus imperceptibles par la fréquentation quotidienne de notre miroir, et une décennie s'ajoute, si vite passée, sans paraître laisser de trace.

Et pourtant... à découvrir cette série de photos, j'ai réalisé combien, oui, dix ans avaient passé. Mais ce qui m'a le plus frappée, au delà de l'embonpoint des uns ou des cheveux grisonnants des autres, c'est combien les expressions, les regards, les sourires ont pu se transformer, témoignant de l'évolution intérieure que nous avons traversée au cours de ces dix dernières années.

La prochaine décennie nous fera vieillir physiquement... mais la précédente a fait, pour le meilleur ou pour le pire, des jeunes gens que nous étions, les adultes que nous serons probablement désormais tout le reste de notre vie.

 

place-des-grands-hommes.jpg

Rendez-vous dans dix ans ?

 


 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by Albane - dans Toutes
commenter cet article

commentaires

Stiop 28/10/2013 16:53

Maintenant que j'ai nettement passé le cap des 40 ans, je peux apprécier à quel point mes années de trentenaire furent celles qui resteront les meilleures pour de multiples et de multiples raisons.

Albane 30/10/2013 21:23



Ceci dit tu es encore trop loin de la prochaine dizaine pour tirer un bilan définitif...



sous les galets 27/10/2013 14:05

Il faut quand même savoir que les photos ne rendent pas toujours justice (et je ne dis pas ça du tout parce que je ne suis pas photogénique)...mais on peut avoir reçu physiquement et gardé aussi le
même rire contagieux! Je dis ça, je dis rien!
Bon dimanche Albane

Albane 27/10/2013 19:50



J'aimerais bien entendre ce rire ! Bon dimanche soir à toi, Galéa !



Madame Zèbre à Pois 26/10/2013 10:32

Très joli texte.
Je trouve très émouvantes les marques que laisse le temps sur les visages et les corps. Ils gagnent alors en noblesse (alors que les visages tirés gagnent en grotesque ^^).

Albane 27/10/2013 19:49



On vieillit comme on vit... et les anti-rides n'y peuvent pas grand chose !



Jeanne qui connaît plein de blogueurs 25/10/2013 23:09

Le cri qui tue de l'enfant qui regarde l'album de famille: "Waaah, maman, comme tu fais jeune sur cette photo!"

Albane 27/10/2013 19:38



Il paraît que la vérité sort de la bouche des enfants...



Angèle 25/10/2013 19:54

c'est sur, 10 ans, c'est pas rien ! moi j'aimerais bien retrouver ma classe de terminale par exemple.... et savoir ce qu'ils sont devenus !
Sympa en tout cas ce billet, merci!

Albane 27/10/2013 19:38



Facebook permet de retrouver des anciennes connaissances... et déjà, rien que la photo, ça fait parfois un choc !



Qui Suis-Je ?

  • : Les extraordinaires banalites d'Albane
  • Les extraordinaires banalites d'Albane
  • : La trentaine, mariée, des enfants, une vie tout à fait banale en somme. Sauf que, aussi banale soit elle, la vie nous réserve toujours de pittoresques surprises. Une conversation, une gaffe, une confidence, une rencontre, une anecdote... ce sont ces faits saillants de la vie de tous les jours que je me décide à mettre par écrit.
  • Contact

...et sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton

Catégories