Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 07:05

 

Attention : ce billet est un pastiche du blog de Ginger (toutes les explications ici)

 

 

Vous vous souvenez de vos dissertations de philosophie...

 

... vous savez, quand vous étiez en terminale, ces copies doubles interminables à noircir, avec une introduction, deux ou trois parties (enfin plutôt deux en ce qui me concerne), une conclusion, pour discuter de questions obscures que des personnes normales ne se posent jamais dans la vie, comme par exemple : « Nature ou culture ? » ou bien « Liberté, égalité ou fraternité ? » ?


Eh bien je ne sais pas pourquoi, mais une chose que j'ai retenue, c'est qu'un jour un philosophe a dit « l'homme est un animal social ». Animal, je ne sais pas trop (je ne vois pas trop le rapport entre l'huître et l'homme par exemple), mais social, oui.


Et j'ai remarqué, comme vous peut-être, que l'homme (contrairement à l'huître d'ailleurs, enfin je crois) agit rarement pour rechercher des choses comme le Bien, le Vrai, le Beau (qui plaisent pourtant beaucoup aux philosophes), mais souvent en raison de la pression sociale.


Par exemple, quand j'étais au collège, la pression sociale exigeait que l'on ricane du film « Babe, le cochon devenu berger ». Il se trouve que pour mon malheur j'étais allée voir ce film (en rasant les murs pour ne pas être reconnue). Eh bien la pression sociale a été telle que je me suis bien gardée de signaler ce fait à mes camarades de classe.


Et tout récemment, j'ai eu l'occasion d'assister à un nouvel effet de la pression sociale.


J'ai une amie, Ingrid, qui est plutôt assez casanière. Mais quand je dis casanière, c'est vraiment casanière. Du genre dont la devise est la suivante :


Pourquoi partir en vacances quand on est si bien chez soi ?


Et Ingrid est très bien chez elle.


D'ailleurs elle n'a jamais pris l'avion (mais elle ne l'a jamais dit à personne, ou presque, toujours à cause de cette fameuse pression sociale).


L'été dernier, Ingrid, comme beaucoup de gens, a pris des congés. Et comme beaucoup de gens, elle a quand même réfléchi à ce qu'elle allait faire pendant ses vacances.


Dans un premier temps, un certain nombre de ses amis lui ont fait des propositions.


  • Ingrid, ça te dit de partir six semaines en Nouvelle Calédonie en y laissant trois mois de salaire et tous tes jours de congé de l'année ?

Ingrid, ça ne lui disait rien du tout, et pourtant cela lui aurait permis de prendre l'avion pour la première fois.


  • Ingrid, ça te tente de partir en voilier pendant deux semaines au large de la Sicile, on pêcherait des poissons et on bronzerait sur le bateau ?

Mais Ingrid, ça ne la tentait pas du tout, d'ailleurs elle ne bronze pas, et elle est allergique au poisson.


  • Ingrid, tu voudrais partir avec toute une bande d'amis en juillet au fin fond de la Creuse jouer aux cartes et faire des ballades dans la campagne ?

Ingrid, là, elle aurait bien voulu, mais malheureusement elle avait pris ses congés en août.

 

Bref, le 1er août est arrivé et Ingrid n'avait toujours pas de projet de vacances. Alors elle a fait la seule chose qui lui restait à faire : passer ses trois semaines de congé chez ses parents, dans la banlieue de Strasbourg.

 

Elle a passé de très bonnes vacances (je vous avais dit qu'elle était casanière). Elle a fait les magasins à Strasbourg, elle a bien dû voir deux ou trois amis qu'elle a encore là-bas, elle est même allée une fois faire la route des vins avec ses parents et boire un verre de vin blanc à Kaysersberg.

 

Mais là où la pression sociale s'est fait ressentir, c'est quand elle est rentrée chez elle à la fin de ses congés. Et justement, elle est venue à la maison avec un ou deux autres amis communs. C'était en septembre, et la conversation a rapidement tourné sur les vacances. Une de nos amies communes a demandé à Ingrid ce qu'elle avait fait pendant ses congés.

 

Je suis allée passer quelques jours en Gironde, chez mes cousins.

 

Je l'ai regardée sans y croire. Mais c'est bien ce qu'Ingrid a prétendu (d'un ton rapide du genre : maintenant si on pouvait changer de sujet de conversation ça m'arrangerait).

 

J'ai compris que la pression sociale avait eu raison de la sincérité d'Ingrid.

 

C'est vrai que la plupart des gens, à tort ou à raison, considèrent que l'on ne passe pas de (bonnes) vacances dans la banlieue de Strasbourg.

 

Quoi qu'il en soit, au sujet de dissertation « la pression sociale doit-elle l'emporter sur la vérité ? », Ingrid aurait répondu « Oui » (sans même avoir besoin d'introduction, de conclusion, ni de deux ou a fortiori trois parties).

 

Et c'est bien dommage, car sans cette fameuse pression sociale, le tourisme se porterait peut-être beaucoup mieux dans la banlieue de Strasbourg.

 

 

C'est bizarre, je n'ai pas reçu de carte postale d'Ingrid cette année.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Albane - dans Toutes
commenter cet article

commentaires

Alphonsine 26/10/2012 13:16

Et bien moi, j'habite dans le bassin d'Arcachon ! (en fait à peine un peu plus loin que la banlieue de Strasbourg)

Albane 28/10/2012 20:14



C'est chouette, tu peux pique-niquer sur la dune du Pyla tous les week-ends.


 


Les banlieues sont souvent charmantes quand on se trouve... "à peine un peu plus loin" !



Yanou 25/10/2012 23:15

Beau pastiche !
La pression sociale s'exprime dans beaucoup d'autres domaines... mais sur moi, elle a l'effet inverse (plus j'ai de pression, moins je fais) !

Albane 28/10/2012 20:12



Merci !


 


J'espère que vous partez quand-même de temps en temps en vacances... ;)



Lor 25/10/2012 17:14

Je ne connais pas Ginger, mais la narration est excellente ;) et le sujet de cette dissert loin d'être anodin ... bien que l'on puisse être tenter de s'en défendre, la plus part d'entre nous est
certainement concernée

Albane 28/10/2012 20:11



Merci Lor ! Oui, à moins de vivre en ermite la question nous concerne tous, qu'on s'en défende ou non.



Bla bla 25/10/2012 08:38

Bravo ! Ceci dit l'histoire fait froid dans le dos !

Albane 28/10/2012 20:10



Certes ! Passer ses vacances dans la banlieue de Strasbourg... ;)



La Belette 24/10/2012 13:14

On sent ta nature affleurer par moments, mais l'exercice est réussi!

Albane 28/10/2012 20:10



Comme quoi on ne peut jamais tout à fait se renier soi-même...


 


Merci pour le compliment !



Qui Suis-Je ?

  • : Les extraordinaires banalites d'Albane
  • Les extraordinaires banalites d'Albane
  • : La trentaine, mariée, des enfants, une vie tout à fait banale en somme. Sauf que, aussi banale soit elle, la vie nous réserve toujours de pittoresques surprises. Une conversation, une gaffe, une confidence, une rencontre, une anecdote... ce sont ces faits saillants de la vie de tous les jours que je me décide à mettre par écrit.
  • Contact

...et sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton

Catégories