Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 23:55

Vous l’avez sans doute remarqué, et certains d’entre vous ont même eu la gentillesse de s’en inquiéter, il s’est passé beaucoup de temps entre mon dernier billet de décembre 2013 et ma première publication de 2014.

 

Je l’avoue, j’ai commencé par me trouver très occupée par diverses activités de la plus haute importance : choix de la recette de ma bûche de Noël, roulage de truffes en chocolat, confection de bûche de Noël, ouverture de calendriers de l’avent, dissimulation de cadeaux dans toute la maison, dégustation de truffes en chocolat et de bûche de Noël, montage de 36 jouets playmobil et 25 légo, etc.

 

Et puis, un jour, le 30 décembre très exactement, une infusion digestive bien chaude dans une tasse à côté de moi, j’ai décidé de renouer avec la blogosphère trop longtemps délaissée, m’apprêtant à laisser courir mes doigts encore couverts de poudre de cacao sur le clavier de mon ordinateur – celui-là même sur lequel j’ai créé ce blog, rédigé tous mes billets, découvert vos commentaires, lu vos propre articles, fait votre connaissance, prévu des rencontres avec certains d’entre vous, celui-là même qui me sert de fenêtre sur la blogosphère, de lien virtuel entre vous et moi, réceptacle de mes divagations et de mes confessions, vaisseau fidèle qui me mène de blog en blog, messager diligent de vos réactions et de vos écritures…

 

Plouf.

 

Peut-être était-ce une façon de manifester ma solidarité vis-à-vis des régions sinistrées et inondées suite aux intempéries de la fin de l’année, toujours est-il que par un mouvement un peu trop brusque j’ai renversé quelques gouttes de réglisse-menthe sur les touches usées par des heures de dactylographie.

 

Je n’ai pas compris de suite l’ampleur des dégâts. J’ai dégainé cet autre objet précieux de ma vie 100% réelle, cette fois, à savoir un rouleau d’essuie-tout, j’ai absorbé les gouttes d’eau, avalé mon infusion et je me suis installée face à l’écran.

 

Une page blanche s’est ouverte. Les doigts positionnés sur les touches, j’ai commencé à écrire un titre, mais certaines lettres ne se sont pas affichées. J’ai appuyé de nouveau sans succès. Et puis j’ai compris : l’inondation du clavier avait causé des dommages sérieux. A vrai dire la moitié des touches ne répondaient plus, ou bien elles affichaient une autre lettre que celle que je cherchais à taper, ou encore elles affichaient la même lettre en une centaine d’exemplaires jusqu’à ce que j’exerce une nouvelle pression.

J’ai jeté un coup d’œil à mon mari qui, depuis le canapé où il écrivait sur son propre ordinateur, n’avait rien remarqué à mon désarroi. Préférant confier ma détresse à l’indulgence de Google plutôt qu’à mon époux, je m’empressais d’interroger le moteur de recherche, sauf qu’au lieu de taper « eau renversée sur clavier », j’obtenais un résultat du genre :

 

« eahhhhhhhhhhhhhhhh ioueliuh oih ymo hyusmoihhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh hh »

 

Ce à quoi même Google ne peut apporter de réponse précise.

 

A force d’ingéniosité, je suis enfin parvenue, en copiant les lettres une à une depuis un document texte, à apprendre qu’un clavier inondé était le plus souvent perdu, et que mon ordinateur risquait même de s’éteindre sans jamais se rallumer, qu’il fallait le faire sécher pendant plusieurs heures à l’envers au dessus d’un sachet de riz et réciter des incantations diverses dans l’espoir irréaliste de récupérer l’intégralité de ses fonctions.

 

J’ai éteint l’ordinateur, je l’ai mis à l’envers (sans le riz) et j’ai attendu.

 

Quelques heures après, je l’ai rallumé. Le clavier ne fonctionnait guère mieux.

 

Avec cette intuition qui ne se dément jamais lorsqu’il s’agit d’êtres tendrement chéris, j’avais déjà compris que le clavier ne se remettrait jamais et que notre ordinateur, privé de l’un de ses appendices les plus essentiels, était bon à terminer sa vie dans une déchetterie quelconque.

 

A ce moment-là, mon mari ayant remarqué que l’ordinateur avait passé plusieurs heures à l’envers, je lui avais raconté ma maladresse sans toutefois lui faire part de l’étendue des risques encourus par la machine.

 

Il était temps d’annoncer la mauvaise nouvelle, ce que j’ai fait avec la plus grande habileté diplomatique, comme vous pourrez le constater :

« Tu te souviens que nous avions parlé d’acheter un nouvel ordinateur ? C’est vrai qu’il a presque six ans. Et puis la batterie ne fonctionne plus, le lecteur de DVD est mort depuis quatre ans, quand au disque dur il est presque saturé. (En plus, malheureusement, l’inondation du clavier a mis ce dernier hors d’usage). Finalement, je me demande si ce n’est pas un petit coup de pouce du destin pour nous aider à renouveler notre équipement informatique. D’ailleurs c’est quelque chose qui arrive souvent, souviens-toi de cet ami qui, quand nous étions étudiants, avait arrosé son ordinateur du résultat le plus « viscéral » de sa gueule de bois de lendemain de fête. Tout compte fait, je trouve que nous nous en sortons très bien. D’ailleurs j’ai repéré un modèle d’ordinateur qui me parait parfait… »

 

Si l’ordinateur sinistré avait été neuf, je reconnais que la nouvelle aurait été plus désagréable à entendre et le « petit coup de pouce » du destin un peu moins sympathique.

 

Toujours est-il que je me retrouvais dans l’impossibilité de rédiger un quelconque billet. Le fait même de poster un commentaire sur l’un de vos blogs me demandait à peu près quarante-cinq minutes d’efforts, au prix d’une crampe du bras droit crispé sur la souris balayant le clavier virtuel de Windows, clavier virtuel que je ne peux plus voir en peinture (ni en pixels).

 

Un ordinateur portable m’a été fort heureusement et très généreusement prêté, et chaque jour je m’extasie devant son clavier en parfait état de marche (Incroyable, le T fonctionne ! Et le E ! Et le G !) en attendant impatiemment la livraison du nouvel appareil…

 

Autant vous dire que je vais arroser ça !

 

Continuous-Infusion_web.jpg

Désormais, je bloguerai sous perfusion

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by Albane - dans Toutes
commenter cet article

commentaires

Jeanne qui connaît plein de blogueurs 17/01/2014 19:03

Merci de m'avoir si bien comprise. Bonne année à toute la famille! Bises.

Albane 19/01/2014 23:27



Merci Jeanne ! Je t'embrass, à bientôt !



Jeanne qui connaît plein de blogueurs 16/01/2014 22:16

Je profite de ce super billet pour ahaljjjjjjj oé^dni pppppppppzdc,; c...

Albane 17/01/2014 10:15



Ah Jeanne, j'ai bien compris, moi (contrairement à Google), ce que tu voulais dire, et je profite de ton commentaire pour te souhaiter une très bonne année !



so 12/01/2014 22:28

je fais ...avant ... et mon clavier n'a pas ( encore) bu de tisane ...

Albane 14/01/2014 10:19



Sage précaution ! Je suivrai désormais ton exemple.



so 12/01/2014 22:27

Joli récit ... ma pause blogréglissementhe de 22H30 ( oui je fias une pause vant d'aller me coucher) en sera changée à jamais !
Tu es magicienne ;-)

Albane 14/01/2014 10:18



Si au moins je peux éviter la même mésaventure aux autres… bonne infusion !



Angèle 10/01/2014 20:03

et tu as prévu quoi contre l'invasion du futur clavier par la poudre de chocolat des truffes?

Albane 14/01/2014 10:18



Ecoute, ça tombe bien, la saison des truffes est terminée. J’ai un an pour y réfléchir.



Qui Suis-Je ?

  • : Les extraordinaires banalites d'Albane
  • Les extraordinaires banalites d'Albane
  • : La trentaine, mariée, des enfants, une vie tout à fait banale en somme. Sauf que, aussi banale soit elle, la vie nous réserve toujours de pittoresques surprises. Une conversation, une gaffe, une confidence, une rencontre, une anecdote... ce sont ces faits saillants de la vie de tous les jours que je me décide à mettre par écrit.
  • Contact

...et sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton

Catégories