Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 11:24

  Hier soir, nous avions la joie d'accueillir mes beaux-parents. Après avoir gâté leurs petits-enfants, après une longue promenade quasiment sans pluie, après un bon apéritif partagé en famille (comprendre : à boire pour les adultes, à grignoter pour les enfants), ces derniers sont allés se coucher, et se sont endormis en un instant, épuisés par les émotions de la journée.

  Nous finissions de siroter notre verre, quand soudain une occasion instructive s'est présentée d'éprouver de manière comparative deux méthodes d'éducation opposées. Le petit dernier, bientôt un an et demi, s'est mis à pleurer dans son lit.

  D'habitude, en l'absence d'invités, Monsieur et moi avons une technique éprouvée face à ce genre de désagrément, que l'on soit en train de dîner, de regarder un bon film, ou de dormir d'un sommeil réparateur. D'ailleurs nous l'avions justement appliquée avec succès la veille au soir. Je vais vous exposer brièvement la procédure.

Première étape : laissez pleurer le bébé. Attendez deux minutes, en général cela suffit à l'enfant pour se rendormir, et pendant ce temps vous n'avez pas eu à vous lever ni à mettre le DVD sur pause.

Deuxième étape : les pleurs continuent de plus belle. Ne vous levez surtout pas, contentez-vous de tourner la tête en direction de la chambre en réclamant le silence d'un ton à la fois ferme et rassurant : « Dodo maintenant ! ». Notez qu'une voix paternelle est en général plus efficace.

Troisième étape : l'injonction précédente, exceptionnellement, n'obtient aucun effet. Hélas vous allez en être quitte pour vous lever. Bien-sûr, je le précise pour que la DDASS n'ouvre pas une enquête, vous allez vérifier si bébé n'a pas faim, froid, mal, chaud, soif, s'il n'est pas malade – reportez-vous à vos bouquins de puériculture pour plus de détails. Si vous craignez qu'il ait fait un cauchemar, vous le consolez dans vos bras jusqu'à ce que les pleurs cessent (on a du cœur tout de même). Mais s'il s'agit d'un caprice, ce que vous pouvez en général deviner aux mélodieux sons suraigus qui sortent de la bouche de votre petit ange, vous le sommez de se taire une bonne fois pour toute, vous fermez le maximum de portes entre lui et vous, et vous pouvez poursuivre votre soirée tranquille. Chez nous, nous avons même une solution miracle, aussi simple qu'efficace : en cas de caprice, nous déménageons le bébé, son lapin fétiche et sa veilleuse dans la chambre d'à côté. Une fois la porte fermée, tous les espoirs du braillard d'amadouer ses parents s'envolent, et les pleurs cessent immédiatement.

  Mais hier soir, alors que nous en étions arrivés à la deuxième étape, et que nous nous apprêtions à appliquer la troisième, Belle-Maman, le cœur tendre, et l'esprit rempli des principes d'éducation molle lus la veille chez notre belle-sœur, se lève, malgré nos protestations, pour jeter un coup d'œil à son bruyant petit-fils, nous promettant de ne pas se montrer.

  Cinq minutes de pleurs plus tard, Monsieur décide d'aller voir ce qui se passe et découvre avec stupeur sa maman en train de tenter – en vain, est-il besoin de le dire – de calmer Bébé en lui massant le ventre. Bébé a l'air de ne pas apprécier du tout, évidemment, puisque tout ce qu'il souhaite c'est sortir de son lit, mais il n'a sans-doute pas lu de manuel d'éducation molle.

  Monsieur reprend alors les choses en main, expulse de la chambre la grand-mère indésirable et se dépêche d'appliquer la troisième étape de la procédure habituelle d'éducation dure. Instantanément le silence revient, Bébé se rendort en paix, rassuré par la démonstration d'autorité paternelle.

  Au tapis, la méthode molle.

Partager cet article

Repost 0
Published by Albane - dans Toutes
commenter cet article

commentaires

Mayjm 10/07/2012 14:15

Je découvre votre blog avec beaucoup de bonheur! Merci pour toutes ces banalités!
Ah les grands-parents! Parfois, nous avons l'impression qu'il n'ont jamais d'enfants... et pourtant!

Albane 11/07/2012 09:49



Merci pour vos compliments, je suis ravie que ces banalités vous aient distraite. En ce qui concerne les grands-parents, en une génération leurs principes éducatifs ont gagné en
indulgence... mais pas forcément en efficacité ! Heureusement les rôles sont bien distribués.



La belette 01/04/2012 22:45

J'ai beaucoup de respect pour ta belle-mère, mais le massage du ventre, présentement, c'était euh... idiot (lui dis pas).

Albane 02/04/2012 20:12



Disons que c'était plein de bonne volonté mais un peu inadapté (au cas où elle tomberait un jour sur mon blog).



IR 13/08/2011 01:16


Dur, mais vrai !


Albane 13/08/2011 07:18



Oui, la dure vérité est parfois difficile à admettre, mais c'est ainsi.



Ginger 13/08/2011 01:08


PS : excellent article !


Albane 13/08/2011 07:18



Merci, mais c'était quand même un moment trèèèèèèèèèèès difficile.



Ginger 12/08/2011 19:10


Pourtant c'etait pas bete l'idee du massage du ventre...


Albane 12/08/2011 21:34



Oui. Mais non.



Qui Suis-Je ?

  • : Les extraordinaires banalites d'Albane
  • Les extraordinaires banalites d'Albane
  • : La trentaine, mariée, des enfants, une vie tout à fait banale en somme. Sauf que, aussi banale soit elle, la vie nous réserve toujours de pittoresques surprises. Une conversation, une gaffe, une confidence, une rencontre, une anecdote... ce sont ces faits saillants de la vie de tous les jours que je me décide à mettre par écrit.
  • Contact

...et sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton

Catégories