Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 07:00

  L'un des réels avantages à se marier, c'est que d'un coup vous gagnez une deuxième famille avec tout ce que cela recouvre de plaisirs – et parfois de contrariétés aussi.

  Mon mari a un certain nombre de cousines, et je me réjouissais de rencontrer ces nouvelles parentes par alliance le jour de mon mariage.

  Malheureusement, la plus âgée d'entre avait été dans l'impossibilité de faire le déplacement. Jeune diplômée depuis plusieurs mois en sociologie des agents immobiliers, elle connaissait quelques difficultés à trouver un emploi, et consacrait tellement de temps et d'énergie à ses recherches qu'il a fallu que mon futur mari, lui-même, dix jours avant la cérémonie, se charge de la relancer pour obtenir sa réponse. Valérie a expliqué par texto qu'elle ne viendrait pas, étant retenue par sa recherche d'emploi. Un entretien d'embauche, sans doute, le samedi en question.

  J'ai eu le plaisir néanmoins de faire sa connaissance un mois plus tard, hélas dans de tristes circonstances, à l'enterrement de la grand-mère de mon mari. Par miracle, et quoi qu'ayant été informée seulement deux jours auparavant de la date de l'inhumation, qui tombait un mardi, en pleine semaine, Valérie avait réussi à se libérer. La tristesse, qui explique à coup sûr son air un peu fermé, l'empêcha de nous adresser un mot sur notre récent mariage ; j'appris uniquement qu'elle se sentait bien à l'étroit dans sa ville natale de Bordeaux, et que seule Paris lui semblait désormais à son échelle.

  Revenons au mariage. Sur le parvis de l'église où nous venions d'échanger nos consentements, mon mari me présente à ses fameuses cousines, groupées en cercle loin des autres invités. C'est alors que Valentine, à peine prononcées les félicitations d'usage, professa sur un ton aussi sec que définitif que quant à elle, jamais elle n'abandonnerait son nom – celui, soit dit en passant, que je venais d'adopter – pour prendre celui de son mari. A bon entendeur...

  La troisième sœur se fit remarquer, lors de la soirée, moins par sa présence sur la piste de danse où toutes les trois, d'ailleurs, se firent très discrètes, allant jusqu'à refuser poliment les invitations à danser qui leur furent adressées, ni par leurs excès de boisson, se limitant toute la soirée au jus de fruit et à l'eau minérale, qui ne parvinrent guère à les dérider, mais par sa remarque piquée sur le fait que, sur le marque-place à côté de son assiette, son prénom se trouvait mal orthographié.

  Quelques temps plus tard, notre aîné avait quelques mois à peine, l'une des trois sœurs se trouvait en stage ouvrier dans la ville que nous habitons. Ses parents qui l'y accompagnaient nous passèrent un coup de fil pour nous proposer de nous rendre visite afin de faire connaissance de leur nouveau petit-cousin. Étant sur le point de partir en vacances le week-end suivant, nous leur proposons de venir dîner un soir en semaine. Impossible : le soir, Valentine, exténuée par sa journée de travail, n'avait plus que la force de se doucher et de regarder le 20 heures en prenant son repas. Mon mari suggère alors à son oncle et sa tante de passer dans l'après midi. Nouveau refus : Valentine aurait trouvé insupportable que ses parents rencontrent notre fils sans elle.

  Cinq ans après, ils ne connaissent toujours pas nos enfants.

  Mais l'être humain est complexe, et les cousines de mon mari le sont assurément, car tout cela ne les empêche pas, à chaque naissance, de nous adresser, avec un petit mot de vives félicitations signé de toute la famille et notamment des trois sœurs, un magnifique ensemble de vêtements de bébé tricotés par elles et par leur mère avec le plus grand soin.

Partager cet article

Repost 0
Published by Albane - dans Toutes
commenter cet article

commentaires

Stiop 04/05/2012 23:08

La sociologie des agents immobiliers : ça existe vraiment ?

Albane 04/05/2012 23:14



Oui oui, bien-sûr, hélas ce n'est pas un segment très porteur sur le marché du travail.



Ginger 04/05/2012 14:54

Moi celle que je préfère c'est Valentine, elle me fait carrément rêver !

Albane 04/05/2012 23:13



Valentine, au moins, elle a des idées, et elle ne les cache pas.



laetitia 04/05/2012 14:41

Merci pour vos post ,ils m'amusent beaucoup ...en lisant je voyais les soeurs de Cendrillon !!!j'ai beaucoup ri ...
En tout cas moi,j'aurai été super heureuse de faire votre connaissance
laetitia'sousmarin'

Albane 04/05/2012 23:11



Merci Laeticia pour ces compliments, quant à moi je suis très heureuse de vous lire parmi les commentateurs de mon blog.



La belette 04/05/2012 09:35

J'adorerais les rencontrer.

Albane 04/05/2012 23:10



Je te donne leurs coordonnées si tu veux ?



Hugo 04/05/2012 08:40

La famille, il n'y a que ça de vrai !

Albane 04/05/2012 23:09



En tout cas on ne la choisit pas.



Qui Suis-Je ?

  • : Les extraordinaires banalites d'Albane
  • Les extraordinaires banalites d'Albane
  • : La trentaine, mariée, des enfants, une vie tout à fait banale en somme. Sauf que, aussi banale soit elle, la vie nous réserve toujours de pittoresques surprises. Une conversation, une gaffe, une confidence, une rencontre, une anecdote... ce sont ces faits saillants de la vie de tous les jours que je me décide à mettre par écrit.
  • Contact

...et sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton

Catégories