Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 08:15

  Lorsque j'étais en quatrième, j'avais une grande admiration pour une jeune professeur d'anglais, de ce genre d'admiration que l'on conçoit, adolescent, pour certains adultes de son entourage. Mademoiselle Duplanchois, Pauline de son prénom, était une toute jeune enseignante, il s'agissait de sa toute première année d'enseignement, peut-être était-elle d'ailleurs encore stagiaire. Elle avait donc vingt-cinq ans au maximum, l'enthousiasme de la jeunesse, l'amour du métier dans lequel elle débutait, la volonté de faire progresser ses élèves, un intérêt sincère pour eux et pour leurs difficultés. D'un physique agréable sans être ravissante, elle avait toute l'assurance et toute l'aisance qui manquaient à mes treize ans, jointes à toute la vitalité et tout l'enthousiasme qui faisaient défaut à la plupart de ses collègues enseignants, et, il faut le dire, à la plupart des adultes.

  L'année suivante, Mademoiselle Duplanchois a été affectée dans un autre établissement, et je ne l'ai jamais revue, quoique je ne l'aie jamais oubliée. Il y a trois mois, un soir où, exceptionnellement, je passais la soirée seule à la maison, l'idée m'est venue de rechercher sa trace sur le web. Je me souvenais parfaitement de son nom, de son prénom, et j'ai immédiatement trouvé son profil sur « copains d'avant ».

  De toute la soirée je n'ai pu détacher mes yeux de la photo que j'y ai trouvée, ni mes pensées de la présentation qu'elle a rédigée. La jeune fille de vingt-cinq ans qui, dans mes souvenirs seulement, n'avait pas changé, est devenue, et j'aurais dû le prévoir, une femme mûre approchant de la quarantaine. J'ai reconnu son sourire, sur cette photo où elle se présente entourée de ses trois jeunes enfants, mais la juvénilité dont je me souvenais a disparu de ses traits plus marqués et moins souples qu'auparavant.

  J'ai appris, avec le même saisissement, dans le court paragraphe de présentation qu'elle a rédigé elle-même, le prénom de ses enfants, son lieu d'habitation, dans les environs du collège où j'étais élève et où elle avait dispensé parmi ses premiers cours, sa volonté de se reconvertir dans une autre profession, ainsi que son récent divorce : « à nouveau célibataire depuis peu » précise le texte. Suivait un chaleureux encouragement, destiné à ses amis perdus de vue, ainsi qu'à ses anciens élèves, à reprendre contact avec elle, ce qu'elle disait apprécier vivement.

  C'est ce que j'ai fait. Le soir même, j'ai rédigé un long mail, dans lequel je lui faisais part de l'admiration que j'avais pour le jeune professeur plein d'entrain qu'elle était, des souvenirs des cours qu'elle nous avait dispensés, des lectures qu'elles nous avait conseillées. Je lui donnais, sans savoir si elle se souvenait de moi, de rapides nouvelles de ce que je suis devenue depuis cette année de quatrième, exprimant ma satisfaction d'avoir trouvé sa trace et de pouvoir lui faire savoir quel souvenir vivace j'avais gardé d'elle.

  Cela fait trois mois que j'ai envoyé ce message. Contrairement à ce que je prévoyais, je n'ai jamais reçu de réponse. Mais à la réflexion, je me demande s'il lui a fait vraiment plaisir. Je me demande si ce courrier ne l'a pas ramenée un peu cruellement à l'époque où, toute jeune, elle amorçait sa vie avec l'optimisme et l'assurance de la jeunesse, à la période où elle débutait tout juste dans un métier qu'elle aimait, où toutes les possibilités s'offraient à elle, où toutes les promesses de la destinée restaient à cueillir – elle qui, quinze ans plus tard, a perdu son goût pour une profession, il faut le reconnaître, souvent ingrate, qui a vu son foyer éclater, qui ressent sans doute la crainte que ses meilleures années ne soient derrière elle et le poids de ses presque quarante années.

  Je me demande aussi si les nouvelles que je lui donne de ma propre personne, moi qui n'ai finalement que trois ans de plus qu'elle n'en avait alors, de ma situation personnelle, du fait que j'ai le même nombre d'enfant qu'elle, je me demande si ces nouvelles n'ont pas accentué la mélancolie, voire l'amertume, des pensées que mon message, bien malgré moi, a pu faire naître.

  Je n'aurai jamais de nouvelles de Pauline Duplanchois, mais je garderai toujours d'elle cet excellent souvenir sur lequel les années n'auront jamais prise.

Partager cet article

Repost 0
Published by Albane - dans Toutes
commenter cet article

commentaires

Jodie 08/08/2011 23:16


Je suis prof et ça me fait toujours plaisir quand un ancien élève reprend contact, même si parfois je me dis que ça me fait un coup de vieux !


Albane 12/08/2011 08:04



Oui, un coup de vieux, ça ne fait pas toujours plaisir... mais j'aurais bien aimé une petite réponse tout de même, c'est vrai.



Qui Suis-Je ?

  • : Les extraordinaires banalites d'Albane
  • Les extraordinaires banalites d'Albane
  • : La trentaine, mariée, des enfants, une vie tout à fait banale en somme. Sauf que, aussi banale soit elle, la vie nous réserve toujours de pittoresques surprises. Une conversation, une gaffe, une confidence, une rencontre, une anecdote... ce sont ces faits saillants de la vie de tous les jours que je me décide à mettre par écrit.
  • Contact

...et sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton

Catégories