Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 23:28

Il y a quelques jours j'ai rencontré une blogueuse mode.

Stelda, c'est la seule blogueuse mode que je lise régulièrement. Ses billets parfaitement bien écrits, instructifs et complets – Stelda n'est pas journaliste pour rien - sont une belle entrée en matière pour une néophyte comme moi dans le domaine de la mode, et son blog mérite bien le succès qu'il rencontre, d'autant qu'on devine derrière ses publications une personnalité sincère, riche et non dénuée d'humour à laquelle on s'attache au fil du temps et des billets. C'est grâce à elle, aussi, que j'ai découvert le blog Anacoluthe avant d'avoir le plaisir de faire la connaissance de son auteur.

Et puis un jour, Stelda s'est trouvée passer quelques jours près de chez moi. Autant vous dire que j'ai sauté sur l'occasion de lui proposer de nous rencontrer, et c'est ainsi qu'un après midi du mois de décembre, j'ai annoncé, ravie, à mon mari qu'il lui faudrait garder les enfants étant donné que j'avais rendez-vous une heure plus tard en ville avec Stelda, « tu sais, la blogueuse mode que je connais. »

C'est en prononçant ces mots que j'ai soudain pâli. Une blogueuse mode. J'allais rencontrer une blogueuse mode, et je n'avais pas la moindre idée de la façon dont j'allais m'habiller. Je n'avais pas de raison de douter de son indulgence et de sa gentillesse, mais tout de même, vous imaginez vous présenter à Cristina Cordula vêtu d'une composition aléatoire issue de votre armoire (votre dressing, pardon, personne n'a plus d'armoire à vêtements, ça ne se fait plus), avec un maquillage approximatif et zéro accessoire ? Mais enfin, ma chériiiie, ça n'est pas possible !

Bref. J'avais une demi-heure et zéro budget devant moi pour trouver une tenue, me coiffer et me maquiller afin de relever un défi digne des reines du shopping (pour ceux qui connaissent) : « Un rendez-vous avec une blogueuse mode ».

J'ai repris mes esprits et j'ai tâché de procéder avec ordre et méthode, ouvrant la porte de ma penderie, rangée, elle, sans ordre ni méthode. Ma robe grise, il me fallait ma robe grise. Impossible de trouver ma robe grise. Et plus que vingt-huit minutes ! Evidemment, ma robe grise venait juste de sortir du lave-linge. L'espace d'une seconde j'ai imaginé la sécher au sèche-cheveu, mais j'ai abandonné l'idée, de toute façon elle serait restée froissée. Bien-sûr c'était la seule chose que j'avais à me mettre. Je me suis rabattue sur ma robe bleue. Bonne idée. Sauf que... non. Pas du tout. Il faut vous dire que pour nous donner le moyen de nous reconnaître, j'avais précisé à Stelda que je porterais un chapeau rose. Impossible alors de porter du bleu roi sans commettre de faute de goût.

J'ai fini par me décider pour ma robe rouge, après moult hésitations sur l'accord robe rouge – chapeau rose. Mais vu que le rouge tirait sur le framboise, et que le chapeau s'accorderait avec mes collants grenat, j'ai enfilé la robe rouge.

Il restait douze minutes. Je me suis coiffée, maquillée rapidement, j'ai choisi un bijou à la va-vite et enfilé mon manteau « vintage » (comprendre : celui que j'ai depuis trois ans, le seul qui aille avec du rose et du grenat) et alors j'ai réalisé que mes bottes avaient grand besoin d'un petit coup de cirage.

C'est juste dans les temps que j'ai enfoncé mon chapeau rose, et je suis sortie en tâchant de gommer les traces de cirage qui me restaient sur les doigts.

Le vent soufflait fort en ce mois de décembre. Tandis que je rejoignais à pied ma destination et que la pluie massacrait le semblant de brushing que j'avais tenté de réaliser en hâte, une bourrasque particulièrement forte m'a soudain arraché mon couvre-chef.

« Le signe de reconnaissance ! C'est le signe de reconnaissance ! » ai-je crié en me précipitant à la recherche de mon chapeau rose emporté sous l'averse au milieu de la circulation.

Je l'ai ramassé et je suis enfin arrivée à destination, les bottes maculées de boue, les cheveux plats et mouillés et le chapeau profondément enfoncé sur le crâne en dépit de toute considération esthétique. 

Le signe de reconnaissance était néanmoins bien pensé, puisque, à peine arrivée sur le lieu du rendez-vous, je m'entendais interpellée : « Albane ? ». Et puis j'ai eu un choc. Levant la tête pour regarder sous le rebord trop bas de mon chapeau, j'ai aperçu deux Stelda se tenant devant moi. Relevant mon couvre-chef et reprenant mes esprits, j'ai deviné que l'une était Stelda et l'autre la fille aînée de Stelda, ce que ces dernières m'ont confirmé.

Nous avons passé un excellent moment de conversation variée et animée, un moment trop court que nous avons conclu en nous promettant de recommencer quand l'occasion s'en présenterait.

Puis je suis rentrée ravie à la maison.

Ravie, et sans regret aucun pour ma robe grise : nous avons finalement pris un café en terrasse, de nuit, gardant nos manteaux bien fermés et nos écharpes nouées, dans la lueur d'une lampe infra-rouge.

De toute façon, il paraît que l'essentiel est invisible pour les yeux. Il paraît...

 

chapeau-rose.jpg

Je vous rassure tout de suite, ce n'est pas le mien.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by Albane - dans Toutes
commenter cet article

commentaires

Gweny 17/01/2014 12:49

Tu as rencontré Stelda, quelle chance !

Albane 19/01/2014 23:26



Eh oui, je suis consciente de faire des envieuses ! Et j'en garde un excellent souvenir.



Stelda 17/01/2014 10:22

Pardon, Albane, de t'avoir mis une pression pareille... Je suis mortifiée! Mais si ça peut te rassurer, j'ai vécu la même chose : je me disais que tu allais me prendre pour une modasse à la mie de
pain. Je n'avais pas de manteau boyfriend à carreaux Tati XXL, ni de headband, ni d'esparpins de 12... Juste un jean et un manteau noir. Heureusement que l'essentiel est invisible pour les yeux
;-)
La prochaine fois, on se fait une réunion à 3 avec Anacoluthe et on sort toutes un chapeau, juste pour le plaisir, parce qu'un chapeau, c'est joli, voilà! Le tien est un excellent signe de
reconnaissance mais je crois que je t'aurais reconnue même s'il s'était envolé jusque dans la mer du Nord.

Albane 17/01/2014 10:28



Tu sais, j'ai un (tout) petit peu exagéré les choses pour le besoin du récit (mais quand-même je voulais faire bonne impression !) OK pour la prochaine rencontre à trois et OK pour le chapeau !
J'ai hâte !



Madame Zèbre à Pois 16/01/2014 23:19

Heu... j'ai encore une armoire à vêtements, je peux donc raisonnablement me considérer comme perdue pour la mode?
Sinon, pour le chapeau rose, j'ai eu un moment de flottement... me voilà pleinement rassurée ^^

Albane 17/01/2014 10:16



Non non, le mien est quand-même plus sobre. T'inquiète pas pour l'armoire, je ne le dirai à personne !



Ginger 16/01/2014 14:02

J'ai vécu tout cet intense moment d'angoisse avec toi en lisant ton article... Rencontrer une blogueuse mode, ça n'est pas de tout repos !

Albane 17/01/2014 10:14



Non non, c'est comme inviter à dîner une blogueuse cuisine, ça ne doit pas être évident...



Stiop 16/01/2014 12:11

Ce qui est visiblement essentiel, c´est ton talent de conteuse. J´ai ressenti ton anxiété, frémi lorsque j´ai vu la boue sur tes bottes, absorbé la bourrasque, et me suis éclairé avec la lampe
infra-rouge ; bref, j´y étais. Juste, le Chapeau rose, non, parce qu´il jure avec mon teint.

Albane 17/01/2014 10:14



T'en fais pas Stiop, si tu veux je te prête ma capeline mauve.



Qui Suis-Je ?

  • : Les extraordinaires banalites d'Albane
  • Les extraordinaires banalites d'Albane
  • : La trentaine, mariée, des enfants, une vie tout à fait banale en somme. Sauf que, aussi banale soit elle, la vie nous réserve toujours de pittoresques surprises. Une conversation, une gaffe, une confidence, une rencontre, une anecdote... ce sont ces faits saillants de la vie de tous les jours que je me décide à mettre par écrit.
  • Contact

...et sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton

Catégories